May 22, 2018

May 6, 2018

April 23, 2018

April 3, 2018

February 1, 2018

January 20, 2018

January 10, 2018

November 16, 2017

October 26, 2017

Please reload

Posts Récents

Colombie

November 16, 2017

1/1
Please reload

Posts à l'affiche

LA BARBADE

December 3, 2016

 

C'est à Carlisle Bay, au sud de Bridgetown que nous avons posé notre ancre, par 7 mètres de fond, sur un sable plus blanc et plus fin que tout ce que l'on peut imaginer. Cassandre, lors de l'approche, nous a tout de suite dit qu'elle allait aimer cet endroit !!

Le port principal, situé en amont de la rivière qui arrive au quartier Careenage, n'est pas très grand. Le nouveau port, dont la construction n'est pas encore achevée, se situe près du port de commerce, au nord de la ville. Les bateaux faisant le rallye « Barbados » (rallye ralliant le Cap-Vert à La Barbade), avaient l'autorisation de s'y amarrer mais tout ne semblait pas encore au point !

Il n'y a qu'un seul autre port sur l'île, tout au nord, dans la ville de Saint Peter. Port « Saint Charles », de son nom, n'a que très peu de places de passage mais c'est surtout la marina des plus aisées familles de la Barbade et d'Anglo-saxons. Nous nous y sommes arrêtés en quittant l'île, pour faire le plein d'essence (détaxée). Tout autour de larges canaux (on se croirait à Venise), de magnifiques maisons sont construites, chacune avec son ponton et son yacht, protégées de l'  « extérieur » par des gardiens et de grands barbelés. C'était … très étrange ; tellement propre, la végétation toute bien taillée et agencée, dans un ordre que nous n'avions plus vu depuis les Canaries … et encore, même là-bas nous n'avons vu de lieu d'un tel luxe. Et pour en revenir aux places de port, le coût était rédhibitoire -forcément - !

Tout cela pour dire qu'en cas de tempête, il nous aurait fallu rejoindre une autre île puisque celle-ci ne disposait pas d'infrastructures idéales ! Mais bon, pas de tempêtes … enfin, pas tout à fait !

 

A défaut d'une place au port, nous avons été invité à devenir gratuitement membre du « Barbados Yatch Club ». Situé tout au sud de la plage qui nous faisait face, cet espace offre des sanitaires, la possibilité de remplir nos jerricans d'eau (une eau douce et bienfaisante, bien différente de celle du Cap-Vert …), d'occuper une table sous un abri et d'utiliser sa wifi. Nous avons pu profiter de plusieurs animations organisées pour les membres du Club. La grande majorité des membres sont des Américains exilés pour le travail, mais il y a aussi des familles Anglo-saxones qui sont présentes sur l'île depuis plusieurs générations ; sans doute d'anciens d'exploitants agricoles. Il y a très peu de locaux.

D'ailleurs, à part pour le tourisme, la mer n'est pas très fréquentée par les « Baijan ». Nous n'avons vu aucune petite embarcation de pêcheur, ni chalutier.

Les habitants mangent donc peu de poisson (et s'ils en mangent, ce sera surtout du « poisson-volant » qu'ils font frire et servent en burgers … ce qui est très bon, d'ailleurs), encore moins de viande. Les prix des fruits et des légumes sont deux fois plus élevés qu'en France. Localement, ils produisent essentiellement de la canne à sucre. C'est donc l'importation qui nourrit ces îliens ainsi que Burger King, Subway et KFC, qui sont présents à chaque intersection de sa métropole! La présence américaine se fait toujours sentir, même si ...

Il y a 50 ans, la Barbade a obtenu son Indépendance ! Et nous étions présents le jour de son 50ème anniversaire, le 30 novembre, comme Prince Harry et Rihanna ! Rihanna, qui est née à La Barbade, et qui a été remarqué par quelque producteur écoutant une radio locale. Elle était donc toute choisie pour pousser la chansonnette au grand stade !

La vieille le l'Indépendance Day, tous les enfants de toutes les écoles de la Barbade sont sortis dans les rues pour faire une immense « boucle humaine » tout autour de l'île ! Avec leurs petits uniformes, ils étaient très mignons ! Tous bien coiffés, très soignés, leurs petits souliers vernis et leurs chaussettes montées hautes au-dessous des genoux ! Dans les rues, les gens étaient tous vêtus aux couleurs de la Barbade : jaune et bleu marine. Ils se vendaient des écussons à chaque coin de rue.

La parade à malheureusement été entrecoupée par de violentes averses ; ces fameuses averses qui s'approchaient de la tendance « tempête » et qui nous ont clouées au bateau une journée complète : des quantités incroyables d'eau sont tombées, le vent soufflait fort et rapidement la mer était devenue très houleuse. Au plus fort de la «perturbation météorologique », les hublots de bâbord (gauche) et de tribord (droite) caressaient, chacun à leurs tours le sommet des vagues. Et j'ai vidé mon stock de « Mercalm » !

Ces pluies ont, cependant, fait d'énormes dégâts sur l'île : maisons inondées, pans de routes emportés, arbres arrachés, … A la vue des gros titres des journaux, nous nous sommes dit que, finalement, notre situation n'avait pas été si terrible …

 

La Barbade est, sinon, une île très verte et ses habitants y sont très accueillants.

Il y fait chaud, mais les petites ondées régulières rendent la chaleur supportable. On y parle donc l'anglais « américain » avec un bel accent d’Afrique ! Il y a une quantité de magasins impressionnante, tous sans enseigne (à part les fameux cités plus haut, ainsi que « Chefette », une chaîne locale -pensons-nous- de restauration rapide).

Nous n'avons pas trouvé de spécialité locale, à part peut-être le burger de Flying-fish. Ils font bien le Fish-Cake (accras) et dans la rue, se vendent toute sorte de « naans » de viandes en sauce, à toute heure ainsi que des gobelets de glace-pilée aux sirops. Nous ne sommes d'ailleurs, pas sûrs des horaires de repas.

Une chose dont nous sommes certains, c'est que les papis-mamies se lèvent de bonne heure pour un bain salé ! A 6h30, avec leurs frites et leurs bonnets de bain, nous les entendions papoter autour du bateau ! La première fois que nous les avons entendu, nous somnolions encore et ce fut, pour nous, très inquiétant : « vite, sur le pont, nous serions-nous échoués pendant la nuit ? ». « Non, non ! », et patati et patata, un mouvement de brasse toutes les 10 secondes, interrompu par de grands éclats de rire ! Tranquilles, ils étaient ! « Good morning ! », « good morning ! », échangions-nous au beau milieu de l'eau ! Irréaliste !

En ce qui concerne les plus jeunes, nous savons qu'ils prennent le bus à partir de 7h30 le matin pour être, au plus tard, à 9h à l'école ou au collège.

Un matin, décidés de profiter de la fraîcheur de la première partie de la journée pour visiter l'île, nous voilà dans le bus de 7h30 en direction du nord. Un bus bondé ; bondés d'étudiants en uniforme. Il y a avait juste tellement de monde que nous n'avions pas même besoin de nous tenir aux rampes pour rester debout … malgré les accélérations intempestives et les freinages d'urgence très représentatifs du mode de conduite Baijan.

A 9h, 9h pile, le chauffeur stoppait devant le complexe scolaire situé tout au nord de l'île, situé à deux pas de là où nous voulions aller, bien-sûr ! Les portes se sont ouvertes, les élèves sont descendus en un éclair de seconde. Une fois le bus vidé de ses jeunes, nous avons pu entendre un « ouf ». Un « ouf » de soulagement émanant des 7 adultes que nous étions finalement dans ce bus d'enfants ! Le chauffeur est partit dans un éclat de rire qui efface toutes les différences ! Le soulagement était réel et partagé ! Nous étions unis dans l'inconfort sonore ! C'était drôle !

Trois minutes plus tard, le bus nous laissait à une intersection, nous indiquant la route à suivre pour nous rendre à la Réserve Naturelle. Il faisait déjà très chaud !

 

Nous avons vraiment apprécié La Barbade, l'île aux milles arcs-en-ciel !

La bienveillance des habitants est visible. A deux reprises, alors que nous étions au milieu de la cambrousse, une voiture s'est arrêtée pour nous conduire à notre destination. A chaque fois, il était hors de question de refuser : « vous ne pouvez pas marcher comme ça sous ce soleil ! ». Ça inspire, non ?

Un premier mouillage qui nous a mis l'eau à la bouche pour la suite de la visite des Caraïbes.

 

Please reload

Retrouvez-nous

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

© 2026 Publiée par SOCA created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now