May 22, 2018

May 6, 2018

April 23, 2018

April 3, 2018

February 1, 2018

January 20, 2018

January 10, 2018

November 16, 2017

October 26, 2017

Please reload

Posts Récents

Colombie

November 16, 2017

1/1
Please reload

Posts à l'affiche

La Dominique N°2

February 2, 2017

La Dominique

Du lundi 30 janvier au jeudi 2 février 2017

 

Bon, finalement, le canal de la Martinique se passe sans trop de difficultés. Nous aurons quand même 38 nœuds en rafale, avec une moyenne située entre 28 et 30 nœuds, une houle de travers haute, mais longue (ce qui est mieux que haute et serrée et bien sûr, moins sympa que plate et plate!!!). Bon ; mais surtout, nous avions un super soleil :) et avec le beau temps, tout passe mieux, c'est certain !

Nous nous arrêtons à Roseau, la capitale.

Aux abords, nous sommes accostés par Bryan, un « boat-boy » qui rabat les voiliers sur les bouées de l'hôtel pour lequel il travaille. Pour le coup, nous n'avons pas très bien compris à qui appartenait la bouée sur laquelle nous étions amarrés (Anchorage Hotel ? Pancho's Services ?) ; mais bon, elle a tenu – contrairement à d'autres, nous a t-on raconté … Nous avons cependant réglé des nuitées bien plus chers que nos voisins !? Un gage de solidité ? Quoiqu'il en soit, un amarrage sur bouée est obligatoire autour de Roseau. Très rapidement, les fonds descendent à plus de 20mètres. Sachant qu'il faut multiplier par trois la profondeur pour calculer la longueur de chaîne nécessaire … enfin jusqu'à 20 mètres de profondeur, car après, ça se complique … No choice ! Pas de camping sauvage !

Nous choisissons de descendre au dinghy-dock (ponton aux annexes) de l'Anchorage Hotel. Leur hospitalité est « gratuite » ; ils accueillent les plaisanciers, peu importe la bouée sur laquelle ils sont amarrés. Et en plus, ils sont surpris que nous leur posions la question de la possibilité de s'y amarrer ! Nous sommes sous le charme again !

Nous demandons à la réceptionniste comment se rendre à Roseau ; elle nous explique bien lentement (en anglais des Caraïbes). Il y a un présentoir avec 3 ou 4 cartes postales sur le comptoir. Des cartes d'un autre âge. Passées par le temps. Y aurait-il si peu de touristes ? Ou, y aurait-il une excellente wifi ? Enfin, comme nous n'en avions trouvé aucune pour l'école la fois précédente, nous nous précipitons sur cet achat. Par chance, la réceptionniste vend aussi les timbres. Il nous en coûtera 0,40 EC (Caribean Dollars) pour la carte et 0,40 EC pour le timbre (soit deux fois 20 centimes d'euros) ! Mais que fait la Poste ??! 20 centimes pour traverser l'Atlantique ?!!

Nous sortons sur le perron et attendons de voir un taxi collectif passer (conduite à gauche ! Les filles sont perdues : « Un coup c'est à droite que ça se passe, un coup c'est à gauche ! Faudrait choisir maman ! » me disent-elles. Parfois, la maman se sent vraiment impuissante, dépassée …).

Après un moment qui a dû lui sembler long, la réceptionniste ressort voir ce qui se passe. Pourquoi sommes-nous toujours là ? Elle va pour héler le premier taxi collectif qui passera par là au moment où un passe par là. Elle n'avait dit aucun mot, mais nous l'avons vu repartir satisfaite. Comme des bébés, nous sommes !

Roseau est géniale ! Nous adorons. L'urbanisation s'est faite un peu comme ce village d'Espagne dont j'ai oublié le nom : il y a de la place ici ? Construisons-y une maison ! A la différence de l'Espagne, ici, il y a de la couleur (vert, fushia, bleu ciel, orange, …) et il y a de la dentelle de bois (peinte aussi, bien sûr) tout autour des toits ! C'est très mignon. On se croirait parfois dans un univers de poupées ! Les voitures aussi sont rétro ou alors, customisées à outrance ! Comme à Saint- Pierre, entre la rue et le trottoir, il y a un fossé assez gigantesque (comme aux Saintes, aussi d'ailleurs!), ce qui laisse à penser que quand il doit pleuvoir, ce doit être le déluge ! Mais ceci ne me rassure pas du tout, tant Armance est tête en l'air. Aussi, je ne la lâche pas ! Il y a des trous béants partout ! La vie d'une personne handicapée moteur ne doit pas être très simple. Pour les poussettes, c'est clair, il n'y en a pas ! Les bébés, c'est dans les bras ou sur le ventre ! Point !

Sinon, il n'y a pas de devantures aux magasins. Il faut entrer pour voir ce qui se vend. A part leur sorte de « boulangerie » (nulle-part nous ne trouvons le bon pain de chez nous; et même si le boulanger est français, même si la baguette ressemble à nos baguettes, à la fin de la journée, le pain est tout mou et élastique ! Question de chaleur ? Question d'humidité ? Question de farine ? Nous étudions la question!), donc, à part ces boulangeries qui laissent s'échapper la bonne odeur du pain en cuisson et que donc, nous ne pouvons pas rater, pour le reste, il nous est arrivé de passé devant le magasin recherché sans le voir ! En effet, les intérieurs sont souvent très sombres, notre vision étant en plus coupée par des rideaux anti-mouche/moustique, les mobiliers et présentoirs sont en bois foncé (genre très ancien ! … ils remporteraient un vif succès chez nous !) et les tenanciers s'occupant d'enfants, tricotant ou regardant des séries américaines ne nous incitent pas à passer le nez pour y voir plus clair ! En fait, on se croirait chez les gens ! D'où, on n'ose pas, d'où, on nous croit vraiment pas dégourdis, d'où, on nous materne ! « Ils sont complètement perdus ces petits français ! ». A la ramasse ! Enfin bon, nous traçons, à notre rythme, notre route ….

...pour aller jusqu'en haut du Jack's Walk ! Là encore, nous n'avions pas compris qu'il s'agissait d'un point de vue. Qui dit « Point de vue » dit « grimpette ». Pour le coup, le dénivelé était du genre 50%. Alors c'est « paix bouche » ! Si tu parles, tu ne montes pas ! Mais quelle récompense !

Nous ne nous éterniserons pas. Le mouillage est rouleur et tellement ouvert sur la mer que l'on a l'impression d'être sans cesse happé par elle.

Direction Portsmouth et jour de chance, l'association P.A.Y.S. organise justement un barbecue sur la plage ce soir-là. Nous ne verrons pas Albert, ni Sandrine, la française qui s'installe en Dominique, sur la plage, les pieds dans l'eau ! Mais les travaux de sa boulangerie avancent bien ! Nous lançons un « bonne chance » dans le vent :)

Demain, nous partons pour les Saintes !

 

 

Please reload

Retrouvez-nous

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

© 2026 Publiée par SOCA created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now