May 22, 2018

May 6, 2018

April 23, 2018

April 3, 2018

February 1, 2018

January 20, 2018

January 10, 2018

November 16, 2017

October 26, 2017

Please reload

Posts Récents

Colombie

November 16, 2017

1/1
Please reload

Posts à l'affiche

Providencia

January 20, 2018

 

Du mercredi 10 au samedi 20 Janvier 2018

 

 

 

Enfin une navigation confortable ! Nous l’apprécions à sa juste valeur !

Le premier jour, nous le passons au moteur. Il n'y a pas de vent, nous piquons le plus à l'est possible. Cette manœuvre nous permettra d’être au largue les deux jours suivants, l'allure la plus confortable !

Nous sommes surpris par la fraîcheur des nuits ; nous ressortons nos jeans et nos polaires !

La lune se lève tard, pas avant 2h30. Elle est au quart et se présente comme un sourire ! Serait-ce le chat d'Alice qui se moque gentillement de nous ?

Le ciel est incroyablement étoilé ; les nuits seront claires et sans nuages. Les étoiles brillent intensément. Non seulement nous distinguons un nombre époustouflant d'entre elles mais nous parvenons même à localiser quelques voix lactées ! Un spectacle à couper le souffle. La voûte céleste est immense, nous la sentons puissante et tellement présente. En avoir peur pourrait presque être normal ; si l'envie lui prenait de nous écraser ? Mais SOCA avance sereinement, tout bouge (surtout nous en fait … quoique la lune continuât son ascension). Tout va bien, donc. R.A.S ! Nous ne sommes juste … pas tout seuls !

 

Vendredi 12, Providencia est en vue.

Nous y prenons goût : comme d'habitude, nous sommes accueillis par un banc de dauphins. Une vingtaine, de taille moyenne. Cette fois-ci, ils sont marron tachetés de blanc sur tout le corps. Un long museau fin qu'un trait blanc rend rieur et qui souligne des petits yeux vifs bien noirs. Ils passent un certain temps à l’étrave, s’élançant furieusement vers le large pour mieux revenir sur nous, à tout vitesse !

 

Il est 10h30 lorsque nous mouillons dans l'adorable et unique baie de l’île ! Nous sommes dans un petit coin de paradis !

A 11h30, nous mettons pied à terre. A l'approche, nous croisons plusieurs petites raies Léopard.

Direction chez Mister BUSH, l'agent de l’île. Il nous en coûtera 100 $ pour le permis-bateau. A cela, il faudra rajouter 4 cartes touristiques à 40 $ ! Explication : les îles Colombiennes (San Andres au sud ouest de Providencia et cette dernière) sont inscrites au Patrimoine Mondial de l'UNESCO et plus de la moitié du territoire de chacune d'elles est classé en Réserve Naturelle. Providencia posséderait la plus grande barrière de corail. Notre route vers les Caïmans nous confirmera qu'elle est effectivement immense !

 

Nous déjeunons localement : nous retrouvons le menu del día typique de Colombie. Cette fois-ci, nous goûtons le jus de agua de Panela (sucre de melasse).

Au restaurant nous reconnaissons Alphonse. Cassandre et Armance avaient bien aimé jouer avec lui à PANAMARINA. Nous faisons la connaissance de ses parents, Karine et Cyril. Leur bateau s'appelle LIBERT, un alu de 12,50m. Très beau !

 

Le lendemain, les enfants ne se quittent déjà plus ! Nous les laissons au bateau, le temps pour nous, de tester l’apéritif local ! C'est parti pour 3 piňa colada (qui s’avéreront avoir un goût de fruits rouges?!!) et un jus de Jamaica au gingembre (excellent). La fleur de Jamaica est une fleur d'Hibiscus ! Le liquide est d'un rouge fushia pétant !

Au retour aux bateaux, nous constatons que la mer s'est levée et que le vent a tourné …

 

Ainsi donc, nous passerons notre dimanche dans la baie ! Impossible de mettre pied à terre ! Un dimanche houleux. Nous sommes malmenés, il pleut, de gros grains grondent au-dessus de nos têtes (30 nœuds en rafale). Welcome back in Panama !

 

Lundi, c'est légèrement mieux. Stéphane et moi nous risquons en ville entre deux averses.

L’après-midi, nous sommes invités à fêter les 9 ans d'Alphonse sur LIBERT !

 

Mardi, nous profitons d'une éclaircie pour aller déjeuner sur la petite île de Santa Catalina, qui est reliée à Providencia par un petit pont de bois qui fut beau, sans doute, un jour, et costaud, aussi, peut-être ... Santa Catalina est l’île où le pirate Morgan aurait caché tous ses trésors. Il semblerait qu'il les ait sacrément bien cachés, l'affreux, car tout le monde les cherche encore ! Je dis « l'affreux » car une balade mène jusqu'à un rocher qui serait le portrait tout craché de notre homme … aussi, pouvons-nous affirmer qu'en comparaison, Cyrano de Bergerac, avec son pic, que dis-je, sa péninsule, est un petit joueur !

Enfin, quoiqu'il en soit, la balade était enchanteresse.

Au retour, les enfants hésitent entre rester sur terre avec Karine et Cyril qui vont tenter leur chance avec Internet (ici non plus, ça ne fonctionne pas …!) et venir jouer au bateau avec nous : « Choisissez vite, voyez le gros nuage qui arrive ! ».

En deux secondes, ils sont dans notre annexe. A vive allure (à fond la manette serait plus juste), nous remontons la baie. Les enfants jettent des coups d’œil soucieux derrière nous : « plus vite, plus vite ! » insistent-ils. Une forte pluie écrase tout sur son passage. Elle a déjà mangé la ville, elle dévore, goulûment, la centaine de mètres qui nous séparait d'elle en une poignée de secondes et bientôt, elle nous happe. Devant nous, le paysage perd ses couleurs franches et chatoyantes. Désormais, il nous apparaît délavé, comme tout usé. Le rideau s'est fermé devant nous. Elle nous a engouffré, la vorace. Nous aussi avons perdu notre couleur. Alors nous nous indignons et crions notre indignation « Aaaahhh ! ». La couleur ne revient pas, mais notre cohésion fait naître un sourire amusé sur le visage (pixelisé par les gouttes) de notre voisin, un américain fort sympathique.

Satanée pluie ! Nous sommes trempés jusqu'aux os. Une fois encore. Je pense sincèrement que nous avons une relation un chouïa trop fusionnelle avec l'eau, qu'elle soit douce ou salée d'ailleurs !

Cassandre assure l'amarrage de l'annexe à la jupe de SOCA, une volée de moineaux se planque sous le bimini, les planches que ferment notre entrée sont démontées en un éclair et il n'y a déjà plus personne sur le pont ! A l’intérieur, les filles se sèchent en deux temps trois mouvements, se changent aussi rapidement, les vêtements incriminés sont essorés et étendus à l'abri dans la foulée, le sol séché en moins de deux, et pour le coup, Alphonse est rhabillé dans des couleurs qui ne sont pas franchement ses préférées (c'est que nous n'avons pas trop de bleu ni d'orange … ! ) mais bon, nous avons fait au mieux… Donc, tout est cool ! Les voilà absorbés par un « 7 familles », un « Uno », puis la table disparaît sous une ville Lego, des dragons guettent planqués sur mes placards. Normal ! Stéphane et moi gouttons encore et les couleurs ne sont toujours pas revenues à l’extérieur.

 

Mercredi, nous défions la nature … après s’être assurés de la météo bien sûr !

Tous les 7, nous embarquons dans une petite voiturette (ou gros quad!). Le tour de l’île est fait en moins d'une heure (il n'y a qu'une seule route et quelques culs de sac), alors nous prenons notre temps, flânons, faisons le tour des plages, et finissons par débusquer le bar de Roland, sur la côte au vent ! L’après-midi y sera douce …

 

Le lendemain, nous continuons de croire en notre chance et tentons El Pico !

C'est une belle balade, balisée mais pas toute simple, au cœur de l’île jusqu'en son plus haut sommet. Bon, son sommet, nous ne le verrons pas, le bus (le seul de l’île) nous ayant donné rendez-vous trois heures après nous avoir « livrés », il nous a fallu redescendre au trois quart du chemin (trois heures, c'est en théorie le temps maximum que dure la balade, mais ce temps n'est valable que par temps sec, or … vous devinerez bien …. la catastrophe !). Alors, comme qui dit pluie dit ruisseau, et comme qui dit trempé dit trempé pour trempé, nous monterons dans le bus les chaussures et les pieds propres ! Quelques sacs plastiques pour isoler trois de nos fessiers rentrés gadouilleux (victimes de glissades) et l'affaire est dans le sac. Le soleil pointant toujours le bout de son nez, nous sécherons pendant le trajet. Et nous voilà en ville pour l'heure du déjeuner, sentant le chien le mouillé, les cheveux tout aplatis par la pluie pour certains et tout en boucles pour d'autres, parsemés de taches de gadoue genre « garde-boue qui frotte » ! Nous sommes beaux ! P'tit tas d'aventuriers mal renseignés !! « I croyaient p't'etre pouvoir l'trouver l'tresor, ces malins ! »

Enfin, on s'en fout ! C’était génial !

 

Vendredi arrive déjà. La fenêtre météo est bonne pour rejoindre les Îles Caïmans, « nous partons demain », alors papiers « le retour » pour faire tamponner nos passeports et payer nos dettes, et apéro de départ avec les LIBERT ! Nous apprenons qu'Alphonse va tenter l’expérience de l’école sur l’île ! C'est super ! Et puis, si tout va bien, nous devrions nous retrouver du côté du Mexique au mois d'avril ! Alors « Profitez bien d'ici là et à bientôt pour de nouvelles aventures … plus au sec peut-être ?!! »

 

Please reload

Retrouvez-nous

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

© 2026 Publiée par SOCA created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now